24 avril 2024

« Le sens religieux »

Visits: 11

" Un livre pour tous les hommes qui prennent au sérieux leur humanité "

Samedi 7 octobre 2023 matin, la Bibliothèque Diocésaine de Tunis a accueilli la présentation de l’ouvrage “ Le sens religieux ” de Luigi Giussani, prêtre catholique fondateur du mouvement ecclésial Communion et Libération. Parmi le public qui remplit la salle de conférence, quelques prêtres et religieuses, beaucoup de laïcs de tout âge dont plusieurs amis musulmans et de nombreux jeunes.

Pour Don Giussani, le sens religieux désigne l'essence même de la rationalité et la racine de la conscience humaine : il se situe au niveau de l'expérience élémentaire de tout homme qui s'interroge sur la signification de la vie, de la réalité. Comme a pu l'écrire Jorge Mario Bergoglio (Pape François), alors archevêque de Buenos Aires : « Le Sens Religieux […] est un livre pour tous les hommes qui prennent au sérieux leur humanité. » Effectivement, ce texte, traduit dans des dizaines de langues, y compris l’arabe, a eu un impact remarquable sur des gens de cultures et religions diverses, car il amène à redécouvrir et approfondir ce qui qualifie la personne, dans son unicité et dans sa dimension relationnelle.

Après l’allocution de notre archevêque Mons. Ilario, trois invités, dont deux musulmans, témoignent de la manière dont cet ouvrage fait écho dans leur vie.

Le premier, en distanciel, Wael Farouq : égyptien, professeur de langue et de culture arabe à l’Université catholique de Milan. Il évoque sa rencontre au Caire avec un jeune italien étudiant de langue arabe, qui lui fit cadeau du texte de Don Giussani : ce fut le début d’un chemin imprévisible et porteur de découvertes personnelles aux implications culturelles de plus en plus surprenantes. Grâce à cela, entre autres, Wael a été amené à retrouver son identité musulmane et l’histoire complexe de l’islam, surtout dans son rapport interpellant entre tradition et modernité.

La parole passe ensuite à notre ami Hatem Bourial, écrivain et journaliste tunisien. Sa lecture attentive et originale retrace le parcours de l’ouvrage, en le mettant en lien avec le nom du mouvement Communion et Libération : être dans le monde une unité dans la pluralité, pour une expérience de libération de soi-même et de la réalité. Il arrive à affirmer : « Nous pourrions dire que c’est l’œuvre de l’Esprit Saint ».

En dernier, Don Ambrogio Pisoni, prêtre italien : il met en évidence que le message de Don Giussani est un défi adressé à tout homme, quel qu’il soit. La seule condition : le désir de prendre au sérieux sa propre vie, sa propre humanité irréductible, son propre cœur qui aspire à son accomplissement.

Un parcours pour pénétrer le Mystère de sa propre vie : un travail "étrange" dont nous connaissons le début et dont nous ne pouvons pas prédire le résultat. Comme l’a annoncé Hatem, c’est là que le Saint-Esprit joue son rôle…

Les Memores de Tunis

Articles Liés