25 septembre 2022

APERÇU HISTORIQUE

Les origines du christianisme en Tunisie remontent à la fin du Ier siècle après Jésus-Christ. Agrippinus, le premier Évêque de Carthage dont nous connaissons le nom, gouverna l’Église à la fin du IIème siècle et tint un synode de 70 évêques.

Dès l’époque de St Cyprien (248-258), l’Évêque de Carthage joue dans toute la région de l’Afrique romaine le rôle d’un Primat. Il convoque les conciles et maintient le lien avec l’Église de Rome.

En dépit des persécutions, puis des hérésies qui menacent l’unité de l’Église, Carthage demeure au centre de la vie chrétienne, du progrès théologique, liturgique et spirituel des chrétiens d’Afrique, grâce aux grandes figures de Tertullien, de St Augustin, de St Fulgence. Après l’arrivée des Vandales au Vème siècle, des Byzantins au VIème siècle, des Arabes au VIIème siècle, l’Église de Carthage devient une réalité minoritaire.


Vers 1054, toutefois, un document du Pape Léon IX reconnaît à l’Évêque de Carthage le titre de Primat de tous les évêques d’Afrique.

En 1666, après un long apostolat à Tunis auprès des esclaves chrétiens, le P. Jean Le Vacher, lazariste, est nommé Vicaire Apostolique d’Algérie et de Tunisie, ce dernier pays étant sous la responsabilité pastorale des Capucins.

En 1841, Grégoire XVI crée le Vicariat Apostolique de Tunis et le confie en 1843 à Mgr Fidèle Sutter, capucin italien, consacré évêque de Rosalia en 1844.

En 1881, Mgr Charles Lavigerie, Archevêque d’Alger, reçoit la charge d’Administrateur Apostolique de Tunis. Après la restauration du siège épiscopal de Carthage par le pape Léon XIII (10/11/1884), Mgr Lavigerie en devient le premier archevêque, avec le titre de Primat d’Afrique. Décédé le 26/11/1892, lui succèderont Mgr Clément Combes (1893-1920), Mgr Alexis Lemaître (1922-1939), Mgr Charles Gounot (1939-1953), Mgr Henri Perrin (1953-1964).

Maison des esclaves chrétiens Tunis


À la suite du « Modus Vivendi » signé en 1964, régissant les relations entre le Saint-Siège et le Gouvernement Tunisien, l’Archidiocèse de Carthage devient « Prélature de Tunis », Mgr Perrin devient « Prélat nullius », et les titres d’Archevêque de Carthage et de Primat d’Afrique disparaissent.

Le deuxième et le troisième Prélat seront Mgr Michel Callens (1965-1990) et Mgr Fouad Twal (1992-2005). Le 31 mai 1995, le pape Jean-Paul II élève la Prélature de Tunis au rang de Diocèse, et Mgr Twal devient « Évêque de Tunis ». Le 8 septembre 2005, le pape Benoît XVI nomme Mgr Fouad Twal Archevêque Coadjuteur du Patriarche Latin de Jérusalem, et Mgr Maroun Lahham Évêque de Tunis. En 2010 le Saint Père décide d’élever le Diocèse au rang d’Archevêché.

Le 21 février 2013, le Pape Benoît XVI nomme Mgr Ilario ANTONIAZZI Archevêque de Tunis, succédant à Mgr LAHHAM, devenu Vicaire Patriarcal pour la Jordanie au sein du Patriarcat Latin de Jérusalem.

Nos Évêques au fil du temps

Mgr Ilario ANTONIAZZI

21 février 2013

Mgr Maroun LAHHAM

2005 - 2013

Mgr Fouad TWAL

1992 - 2005

Mgr Michel CALLENS

1965 - 1990

Mgr Henri PERRIN

1953 - 1964

Mgr Charles GOUNOT

1939 - 1953